Journal de bord des pilotes des finances locales

le blog expert des consultants d'Adelyce
Adelyce
25 septembre 2017
  • Revue de presse

[Baromètre Randstad La Gazette] Les ressources humaines au cœur des efforts financiers

La nouvelle édition du baromètre RH « La Gazette » - Randstad souligne les pressions qui pèsent plus que jamais sur les collectivités territoriales entre contraintes financières et mise e
www.lagazettedescommunes.com

Notre commentaire

Le baromètre RH des collectivités locales 2017 coréalisé par Randstad et la Gazette des communes en partenariat avec l’association des villes de France et l’AdCF vient d’être publié.

 

Pour réaliser ce rapport, une enquête a été réalisée entre le 7 Juin et le 20 Juillet 2017, soit une période couvrant les élections présidentielles et législatives, mais pas les annonces d’Emmanuel Macron du mois d’août, sur les contrats aidés notamment. Elle a été remplie en ligne par 523 DGS, DGA, secrétaires de mairie ou élus de communes et d’intercommunalités. Parmi eux, 78 % travaillent au sein d’une commune. 41 % des collectivités répondantes comptent moins de 5 000 habitants, 49 % entre 5 001 et 50 000 habitants et 11 % plus de 50 001 habitants.

 

Dans cette enquête, les collectivités étaient invitées à se prononcer sur leurs priorités en matières de gestion des ressources humaines.

La maitrise de la masse salariale apparaît comme la priorité 2017 en terme de gestion des ressources humaines pour 88% des répondants.

 

Interrogées sur leurs cinq priorités en 2017 en termes de gestion des ressources humaines (GRH), la « maîtrise de la masse salariale » est la réponse la plus fréquemment citée (88 %) par les collectivités, suivie par l’employabilité des agents (51% en hausse de 5 points). A noter également la forte hausse de la prise en compte de la santé et de la qualité de vie des agents (42 % en hausse de 8 points).

 

Pour faire face à la baisse de la DGF, les collectivités entendent d’abord « diminuer certaines charges de fonctionnement et de gestion » (88 %), adopter « une gestion dynamique de leur dette » (75 %) et ensuite « baisser leur masse salariale » (69 %).

 

En 2017, 39 % des répondants envisagent de réduire leurs effectifs, soit une baisse de cinq points par rapport à 2016 (44 %). Ce résultat est inédit : c’est la première fois depuis 2013 que la part des collectivités anticipant un recul de leurs effectifs baisse d’une année sur l’autre. Cela peut s’expliquer par les transferts de compétences, une extension du périmetre.

 

Les principaux leviers mobilisés par les collectivités qui envisagent une baisse de leurs effectifs portent très majoritairement sur le « non remplacement des départs à la retraite » (71 % des collectivités utiliseront ce levier), suivi par le « non renouvellement de certains contrats contractuels » (14 %).

 

La principale attente à l’égard du gouvernement concerne le « gel de la baisse de la dotation globale de fonctionnement », exprimée par 41 % des collectivités interrogées. Suivent la « stabilisation du cadre législatif » (18 %) et la « baisse du nombre de normes » (16 %).

 

Les principales conséquences de la mise en place du nouveau régime indemnitaire déterminant le montant des primes (RIFSEEP) portent sur des « critères d’évaluation plus objectifs » des agents (29 %), une « hausse de la masse salariale » (22 %) et de « nouveaux leviers de motivation pour attirer les talents » (13 %).

Dans le sillage de la loi NOTRe (portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République), les échelons administratifs les plus menacés de disparition sont le conseil départemental et la commune, estiment les collectivités interrogées par Randstad.