8 décembre 2017
  • RH
  • Revue de presse

Corse : les nationalistes en tête 1er tour des élections territoriales

La liste nationaliste Pè a Corsica (Pour la Corse), qui rassemble les autonomistes de Gilles Simeoni e
www.lesechos.fr

Notre commentaire

Collectivité unique de Corse : six mois pour harmoniser trois gestions des RH

 

Passé le scrutin de ce dimanche 3 octobre, la fusion des deux départements et de la région Corse commence. Elle ne devrait pas être de tout repos, notamment en matière de masse salariale.

 

Sont sortis gagnants du premier tour de l’élection des conseillers de la nouvelle collectivité unique de Corse les Nationalistes réunissant les autonomistes de Gilles Simeoni et les indépendantistes de Jean-Guy Talamoni. Au-delà du résultat politique, ce qui promet quelques difficultés tient aussi à la mise en place de la collectivité unique, une nouvelle entité qui doit, comme de nombreux EPCI cette année, relever le défi difficile de la fusion.

La gestion de la masse salariale de cette collectivité s’annonce en particulier délicate. Celle-ci va totaliser près de 5 000 agents pour une population Corse de plus de 320 000 habitants. Le sujet est d’autant plus sensible que les situations observées sur les trois précédentes entités diffèrent totalement. Régime indemnitaire, avantages sociaux, temps de travail, organisation des services… Les points à harmoniser son nombreux. Et la nouvelle collectivité unique aura peu de temps pour le faire : six mois seulement pour délibérer sur son régime indemnitaire et les conditions d’emploi. Sans compter la remise à plat certaines pratiques et autres avantages illégaux...

La future gouvernance des partis autonomiste et indépendantiste et leur gestion éventuelle des conflits sociaux participent à rendre cette fusion passionnante à suivre.