Adelyce
26 janvier 2018
  • Veille
  • Revue de presse

« Les pompiers en première ligne face au malaise social » – Romain Pudal

Le sociologue Romain Pudal constate le désarroi des sapeurs-pompiers, visés par un nombre croissant d’agressions, selon l’Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale. I
www.lagazettedescommunes.com

Notre commentaire

Les sapeurs-pompiers victimes de différents maux ? Sauver ou périr ?

 

Ce début d’année 2018 rime avec la traditionnelle période des vœux. Les sapeurs-pompiers respectent cette tradition après avoir fait leur porte-à-porte pour les calendriers. Les présidents et directeurs de SDIS ont pour la plupart adressé leurs vœux pour cette nouvelle année.

Il est intéressant de voir la rétrospective 2017 et l’actualité des sapeurs-pompiers.

L’Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale a fait paraître une note intitulée « Les agressions déclarées par les sapeurs-pompiers volontaires et professionnels en 2016 » qui n’a pas eu l’occasion d’apaiser les tensions que connaissent les pompiers.

« Passant en volume de 1 939 en 2015, à 2 280 en 2016, le nombre de sapeurs-pompiers agressés a augmenté de 17,6 % (+ 341 sapeurs-pompiers victimes d’agression) »

En 2016, les 2 280 déclarations d’agressions de sapeurs-pom­piers ont donné lieu à 1 613 journées d’arrêt de travail (soit 0,7 journée d’arrêt par agression).

Les agressions vont malheureusement de pair avec les dommages matériels subis par leur véhicule en intervention. « En 2016, 414 véhicules de sapeurs-pompiers ont été endommagés pour un préjudice estimé de 283 442 €. »[1]

Les chiffres communiqués dans cette note ne retracent que les dépôts de plainte, les agressions sont en réalité bien plus nombreuses. L’anonymisation des plaintes qui sont demandés par des syndicats pourrait augmenter ces chiffres.

Certains SDIS pourraient même subir la double peine : le SDIS de la Gironde connaît le plus fort nombre de sapeurs agressés pour 10 000 interventions (32,6 pour 2016). Dans le même temps, le Service départemental d'incendie et de secours (33) doit trouver 11,5 M€ d'ici 2020.[2]

Pour le sociologue Romain Pudal, il faut prendre en compte le malaise des populations précarisées auprès desquelles les sapeurs-pompiers interviennent : « si ces derniers ne sont pas particulièrement visés en tant que tels, ils sont devenus le réceptacle d’une rancœur qui s’exprime envers tout type d’intervenants susceptible d’incarner les pouvoirs publics. » [3]

Selon le sociologue, les situations de guet-apens ne sont pas la norme, dans ces cas les pompiers sont perçus comme des représentants de l’Etat et deviennent donc une cible.

Dans un métier compliqué mentalement voire traumatisant (même s’il est exercé volontairement), certains hommes du feu arrivent à avoir la boule au ventre. D’ailleurs, les sapeurs-pompiers du Rhône, rejoints par quelques-uns de leurs collègues du Val-d Oise ou de l'Ain, ont organisé une manifestation le lundi 8 janvier à Lyon en mettant en scène ce lundi, l'agression symbolisée par un cercueil. [4]

Du fait de l’augmentation des missions de secours à la personne (80% de leurs interventions selon Mme la ministre GOURAULT)[5] deviennent désemparés face à des personnes à la dérive. Le sociologue souligne que la formation n’est pas suffisante à cet égard. Les formations sont axées sur des qualités opérationnelles, techniques mais les aspects de missions en matière de soutien psychologique ou d’aide aux personnes isolées sont insuffisamment réfléchies selon lui.

 

Des mesures sont prises actuellement, notamment l’idée d’équiper des sapeurs-pompiers volontaires de 8 caméras individuelles vient d’aboutir dans le département du Nord avec l’appui du préfet. [6] Certains syndicalistes trouvent cette solution insuffisante et pointent du doigt le manque d'effectifs de la police réellement en cause selon eux.

Certaines communes comme la ville de Roubaix sécurisent l’intervention de ceux qui célèbrent Sainte Barbe en associant la police municipale sur les interventions. Les personnes malveillantes ne seront certainement pas calmées quand même…

               Certaines solutions pour soulager les pompiers sont en train de voir le jour. Néanmoins, il est inconcevable de tolérer les agressions dont sont victimes les sapeurs-pompiers qui ont pour slogan « sauver ou périr ». Le président Macron avait également annoncé vouloir,former 80% de la population à court terme aux premiers secours, ce qui permettrait d’améliorer l’intervention des sapeurs. Par ailleurs, demeurent toujours des craintes quant au financement des SDIS alors que la ministre J. GOURAULT avait décidé de maintenir le niveau de dotation globale de fonctionnement. [7]

Les SDIS ont connu, durant les dernières années, une augmentation certaine de leur masse salariale, avoisinant les 80% de leurs dépenses de fonctionnement. Les sapeurs-pompiers connaissent un déroulement de carrière favorable et des rémunérations avantageuses pour la fonction publique territoriale (indemnité du feu, des responsabilités, de spécialité, de logement, IHTS) ce qui représente un coût certain pour les SDIS.

Certains sapeurs-pompiers professionnels cumulent également des missions de volontaires dans d’autres centres de secours. Au point que certains SDIS fixent un montant plafond des indemnités allouées aux sapeurs-pompiers volontaires perçues par des professionnels.

 

[1] https://inhesj.fr/ondrp/publications/la-note-de-londrp/les-agressions-declarees-par-les-sapeurs-pompiers-volontaires

[2] https://objectifaquitaine.latribune.fr/politique/2018-01-10/gironde-qui-va-payer-pour-les-pompiers-763479.html

[3] http://www.lagazettedescommunes.com/542468/les-pompiers-en-premiere-ligne-face-au-malaise-social/

[4] http://www.leprogres.fr/rhone-69-edition-lyon-metropole/2018/01/08/les-sapeurs-pompiers-en-greve-contre-les-agressions-de-trop

[5] https://www.interieur.gouv.fr/La-ministre-aupres/Communiques/Jacqueline-Gourault-a-recu-les-organisations-syndicales-de-sapeurs-pompiers-professionnels

[6] http://www.lavoixdunord.fr/294491/article/2018-01-10/huit-cameras-et-une-formation-pour-permettre-aux-pompiers-de-parer-les-coups

[7] https://www.interieur.gouv.fr/La-ministre-aupres/Communiques/Jacqueline-Gourault-a-recu-les-organisations-syndicales-de-sapeurs-pompiers-professionnels