Adelyce
21 novembre 2017
  • RH
  • Revue de presse

Un appui au traitement de la paie des salariés de droit privé

Depuis le 1er janvier 2017, le centre de gestion du Finistère propose aux collectivités un service de gestion de la paie et de suivi social des agents relevant du droit privé.
www.lagazettedescommunes.com

Notre commentaire

Quel constat aujourd'hui ?

 

L’initiative du Centre de gestion du Finistère est bien venue dans un contexte où les collectivités rencontrent des difficultés grandissantes sur le traitement de la paie des salariés du secteur privé dans les services publics industriels et commerciaux. Il s'agit, par exemple, des contrats aidés ou encore du personnel associatif transféré aux collectivités et qui demeurent au sein de celles-ci.

Parfois très dépendantes des éditeurs de logiciels de paie, les collectivités se retrouvent esseulées en termes de veille juridique et forcent leur logiciel, paramétrés pour la sphère publique, à traiter ces agents, où utilisent un logiciel de paie privée, ce qui pose certaines difficultés vis-à-vis des exigences de trésorerie.

 

Dès lors, les collectivités se trouvent dans une situation où des frais importants vont être engagés, tant pour répondre à ces difficultés (formation agent en interne, recours aux cabinets d’experts-comptables), que pour couvrir les redressements Ursaaf et les frais de justice dans le cas où elles y auraient été assignées.

 

L'initiative du Centre de gestion du Finistère

 

Le CDG du Finistère vient donc combler le manque de moyens et d’expertise de ses collectivités en assurant un service transversal, qui inclut la gestion de la paie elle-même, le suivi social des agents (à savoir les arrêts, les fins de contrat etc.) mais aussi des procédés modernes et indispensables aujourd’hui tels que la transmission dématérialisée des données.

 

On pourrait alors se demander ce que peut apporter concrètement le CDG à ces collectivités vis-à-vis de cabinets privés, par exemple. La valeur ajoutée du CDG intervient, bien évidemment, au niveau du coût, mais aussi, ce qui est non négligeable, au niveau de l’assistance. En effet, les collectivités bénéficient alors d’une assistance téléphonique tant sur les questions individuelles que collectives. Cela peut paraître anodin, mais c’est un facteur important pour des collectivités qui évoluent parfois dans l’urgence et qui n’arrivent pas à obtenir l’assistance des éditeurs de logiciel (public) de manière automatique.

Autre élément positif, le service proposé soumet, à la collectivité, un processus de validation des bulletins de paie, ce qui permet un double contrôle de ces derniers et un apport non négligeable en précision et en rigueur. 

 

Une priorisation nécessaire des missions

 

Il faut prêter une attention particulière à la priorisation des missions des centres de gestion. En effet, ce service découle de missions facultatives alors que certaines missions obligatoires et quotidiennes sont parfois inachevées ou, d'une certaine manière, délaissées.

 

Une proposition de service qui traduit d'une difficulté réelle et persistante

 

Cette initiative souligne une grande difficulté dans la gestion de la paie pour les collectivités, notamment du fait de sa complexité. La paie est aujourd'hui un outil pluriel et complexe qui nécessite des compétences accrues, modernes et actualisées.